La mort de Sam Cooke, entre sexe et complot

Sam CookeSam Cooke débute sa carrière en tant que chanteur Gospel, enfant au sein des Singing Children et adolescent au sein des Highway QCs. A 19 ans, il rejoint les Soul Stirrers avec lesquels il rencontre un franc succès dans la communauté noire. En 1957, il débute une carrière solo chez Keen Records. Son premier morceau est « You Send Me » et avec cet énorme succès sa carrière est véritablement lancée. Sam Cooke devient alors célèbre même en dehors de la communauté noire. Ce morceau restera 6 semaines en tête des charts R&B et 3 semaines à la tête des charts Pop. Suivront de nombreux tubes comme Chain Gang, Bring it On Home to Me, Cupid, Wonderful World ou encore son chef d’œuvre A Change Is Gonna Come. De part son apport à la musique, Sam Cooke est considéré comme le père spirituel de la Soul. Il a été l’un des premiers à mélanger musique d’influence Gospel et thématiques plus grands publiques (principalement des histoires d’amour). Il est aussi considéré comme le premier artiste américain noir a avoir réussi a dépasser les clivages raciaux en obtenant un formidable succès auprès du public blanc.

Malheureusement tout va basculer en ce mois de décembre 1964.

Nous sommes le 10 décembre 1964, il est 3h15 et la police de Los Angeles reçoit un appel d’une femme visiblement affolée : « Un gars a défoncé la porte… je crois qu’elle lui a tiré dessus, je ne sais pas ». Cette femme qui appelle la police c’est Evelyn Carr, la propriétaire de l’Hacienda Motel.
Quelques minutes plus tard la police découvre le corps dénudé et sans vie de Sam Cooke assis contre la porte cassée de la loge. Sur son corps, les policiers trouveront un impact de balle au niveau de la poitrine et une trace de coup porté à la tête avec un objet contondant.

Mais que faisait Sam Cooke dans ce motel minable à 3 dollars la nuit en cette nuit de décembre ? Qu’est ce qui a bien pu l’amener à agresser Bertha Franklin, la tenancière ?
Presque 50 ans plus tard les circonstances de ce drame reste floues.

Cette nuit là, quelques heures avant sa mort, Cooke rencontre une jolie eurasienne, Elisa Boyer, dans un nightclub. Visiblement sous le charme de la jeune femme, il lui aurait proposé de continuer la soirée avec lui. Plus tard, pour une raison inconnue, le chanteur ne la ramène pas chez elle, comme elle le demandait, mais l’amène à l’Hacienda Motel, où ils prendront une chambre. L’acteur aurait alors commencé à se déshabiller et à se faire très insistant. La jeune fille non consentante aurait alors pris la fuite avec presque tous les vêtements du chanteur. Elle se précipite chez la tenancière, tape à la porte mais Bertha Franklin est au téléphone avec la propriétaire et elle ne lui ouvre pas la porte. Elisa Boyer trouve finalement une cabine et appelle la police pour déclarer la tentative de viol. Entre temps, Bertha Franklin pose le combiné et va voir qui a bien pu tambouriner à sa porte à une telle heure et c’est là que Sam Cooke fait éruption dans la pièce vêtu d’une simple veste : « Ma fille est ici ! ». Il parcourt l’appartement à la recherche d’Elisa Boyer mais elle est déjà loin. Furieux, il saisit Bertha Franklin qui se défend. La femme, craignant pour sa vie, réussit à saisir son calibre 22 et tire sur Sam Cooke à bout portant et à trois reprises. Sam Cooke, touché à la poitrine la regarde et lui aurait lancé « Madame, vous m’avez tiré dessus », le chanteur semblant vouloir encore en découdre une derniere fois, elle l’aurait frappé à la tête avec un manche à ballet. Finalement, le chanteur s’effondre mortellement touché par la balle qu’il a dans la poitrine.
Toujours à l’autre bout du fil, la propriétaire aurait tout entendu, et c’est à ce moment qu’elle aurait appelé la police.

Voila comment les événements peuvent être résumés au regard des témoignages de Lisa Boyer, Bertha Franklin et Evelyn Carr.
Cette version « officielle » des faits donnera tout de suite lieu à une controverse.

Tout d’abord, c’est le témoignage de Lisa Boyer qui est le plus suspect. L’annonce de son arrestation pour prostitution, quelque temps après le drame, n’a fait que renforcer les doutes que l’ont pouvait avoir quand à la véracité de son témoignage. On apprendra même plus tard que dans le cadre de son travail, cette femme avec l’habitude d’amener ses clients dans ce motel. La thèse de l’enlèvement et du viol semble s’éloigner. Il semblerait juste que cette prostitué ait réussi à séduire Sam Cooke et qu’elle soit venu de son plein gré.
Pour certain, toute cette histoire ne serait qu’un vol qui a mal tourné. La technique est connue : La prostitué vole l’argent et les vêtements du client qui, se retrouvant nu, ne peut pas la poursuivre dans sa fuite. Cette thèse du vol est renforcé par le fait que Sam Cooke aurait eu 3000 dollars sur lui ce soir là et que cette somme n’a jamais été retrouvée.
A la question « pourquoi vous êtes vous enfuit avec les affaires de la victime ? » Lisa évoquera avoir confondu ses affaires avec celles de Sam Cooke. Après, reste à savoir pourquoi un simple vol s’est transformé en homicide. La question reste ouverte.

Pour d’autres, la mort de Sam Cooke serait le résultat d’un complot et non une histoire de sexe qui tourne mal. Le meurtre aurait été maquillé en légitime défense et des preuves auraient été effacées. Il est vrai que l’on peut se poser quelques questions. Pourquoi aurait-il sollicité les services d’une prostitué de bas étages alors qu’il pouvait avoir toutes les femmes qu’il voulait ? Pourquoi serait-il allait dans un motel aussi minable dans un quartier si glauque alors qu’il avait accès aux plus beaux établissements de la ville. Mais un complot par qui et pourquoi ?

Un rapide procès eu lieu. Les faits ont été qualifiés d’homicide justifié et Bertha Franklin pu repartir libre. Elle décédera 18 mois plus tard dans le Michigan. Pour ce qui est de Lisa Boyer, elle ne fut jamais inquiétée.

Vous aimerez aussi :

Écrit par : pour Lafabriquerie.fr

5 commentaires

  1. ANDRE
    13 mai 2017

    C’est une honte ce complot contre lui, je suis sure qu’il était innocent , il est victime de Klein ce rat d’égout, la justice n’a rien fait car il était noir, honte à l’amérique.

  2. Laya Tolat
    21 juillet 2013

    C’est évident qu’il a été piégé, c’est un jeu d’enfant « d’organiser » 1 telle mise en scène, 1 ou 2 autres personnes suffisait pour tirer et effacer toute trace avant de prévenir la police, en + je suis sûre que l’enquête a été bâclée sans parler du procès…

  3. celine
    1 novembre 2012

    C’est vraiment dommage car il n’y aura jamais deux comme lui

  4. bounasla rachid
    12 septembre 2011

    la mort de Sam Cooke serait le résultat d’un complot et non une histoire de sexe qui tourne mal.voilà exactement ce qui est vrai ….mais il est vrai que Sam Cooke reste l’une des plus grandes légendes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *