Elektroplankton – 2005

ElektroplanktonL’Elektroplankton de Toshio Iwai questionne notre rapport aux jeux vidéos et à l’Art. L’ambiguïté nait du fait que Toshio Iwai est un artiste connu pour ses installations interactives et qu’il s’est associé à la firme Nintendo pour mettre point cette « création » – car toute la question porte sur le terme « jeu » – spécialement pour leur nouvelle console de l’époque, la DS. Elektroplankton était disponible à son lancement dans les magasins au rayon Jeux Vidéo, mais ce n’est pas un jeu vidéo… La section « qu’est ce que c’est ? » du site officiel d’Elektroplankton nous éclairait : « L’expérience musicale et artistique Elektroplankton conçue exclusivement pour la Nintendo DS, ne remplit pas les critères traditionnels d’un jeu vidéo. Les dix différents modes musicaux vous laissent exprimer votre coté artistique en créant des mélodies grâce au micro et à l’écran tactile de la console. Créé par l’artiste renommé Toshio Iwai, Elektroplankton présente une belle combinaison entre art et musique […] Même si vous n’avez jamais jouez à un jeu vidéo, vous serrez capable d’utiliser Elektroplankton et de commencer à faire des incroyables musiques sans instructions. »

Tout est dit.

« Expérience musicale et artistique conçue par un artiste renommé qui convient à ceux qui n’ont jamais joué à un jeu vidéo ».

Elecktroplankton c’est une œuvre interactive de poche !

Toshio IwaiMais revenons un peu à nos planctons. Comme indiqué ci-dessus, le concept se présente sous la forme de 10 interfaces musicales qui permettent de composer de la musique de 10 façons différentes. Par exemple, l’univers des Tracys : ces organismes suivent les traits que vous venez de tracer à l’aide du stylet sur l’écran les utilisant comme partitions. Les notes de musique produites s’adaptent au rythme auquel vous avez tracé le trait. Vous pouvez tracer des boucles, des cercles, des courbes etc. la tonalité des notes dépendra de ces formes.

Nous ne considérons pas ce jeu comme un jeu même si le créateur, lui-même, ne refuse pas cette appellation :

« D’habitude, je crée des pièces interactives qui sont exposées dans les musées ou les festivals, avec des écrans tactiles. Là, c’est cette petite console qui fait office de lieu d’exposition. Les artistes interactifs ne peuvent pas publier leurs œuvres, qui sont vues par très peu de monde. J’ai compris que les consoles étaient parfaitement adaptées. Les gens peuvent acheter mon programme et l’explorer longuement. Créer son jeu est beaucoup plus difficile que le cinéma ou la musique. Pour les créateurs indépendants, le développement coûte cher. Il faut pourtant qu’on essaye de changer cette industrie, il faudrait encourager ce genre de jeu, qui génère un mélange très riche. »(1)

Il est aussi intéressant de constater le soin apporté à l’évacuation de tous les éléments qui pouvaient rappeler les jeux vidéos. C’est ainsi que les idées de score, de victoire ou de compétition ne sont pas présentes. De plus, le concept de sauvegarde n’existe pas, l’enregistrement d’une « partie » est impossible. Il n’y a rien à gagner, il n’y a qu’une expérience à vivre. Mais bon, vu le contexte, nous classons l’article dans les rubriques Art, musique et technologie !

« Coup de génie pour certains, chef d’œuvre artistique ou encore véritable arnaque vidéo ludique pour d’autres, cet Elektroplankton ne peut laisser indifférent. » (2)

(1) Entretien disponible sur le site Ecrans.fr à l’adresse suivante : http://www.ecrans.fr/spip.php?article150
(2) http://www.jeux-video.com/articles_tests1237_electroplankton.html

Vous aimerez aussi :

Écrit par : pour Lafabriquerie.fr

4 commentaires

  1. La Fabriquerie
    22 octobre 2009

    C’est corrigé.

  2. trouvé
    20 octobre 2009

    des pièces interactive
    Les artiste interactifs

  3. La Fabriquerie
    19 octobre 2009

    Merci Hében ! pour les fautes je bote en touche…

  4. hében
    19 octobre 2009

    texte interessant, malheureusement quelques fautes d’orthographe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *